Grammaire sacrée et grammaire profane: Isidore de Séville devant l’ exégese biblique

  • Jacques Fontaine

Resumen

La grammaire est toujours seconde par rapport à la langue; l'exercice de toute parole est premier. L'analyse des mécanismes qui gouvernent son usage procède d'une réflexion ultérieure, sur les structures de la langue et sur son fonctionnement; a fortiori s'il ne s'agit pas seulement de décrire, mais de conceptualiser les règles d'un "bon usage" qui se réfère à un état de l'évolution linguistique considéré comme optimum. La pratique précède donc la théorie, la langue sa grammaire, la Parole de Dieu son exégèse. Cela est plus vrai encore quand il s'agit d'une Révélation parlée et transmise oralement dans une communauté, avant d'être écrite dans un Livre —dans "le livre"—. (...)

Biografía del autor/a

Jacques Fontaine
Paris IV (Sorbonne).
Publicado
24-05-1986
Cómo citar
Fontaine, J. (1986). Grammaire sacrée et grammaire profane: Isidore de Séville devant l’ exégese biblique. Antigüedad Y Cristianismo, (3), 311-329. Recuperado a partir de https://revistas.um.es/ayc/article/view/59131