Pour un dialogue interculturel: évolution sémantique du Nom de Marque Kärcher dans le discours

Autores/as

  • Michela Tonti Alma Mater Studiorum Università di Bologna
DOI: https://doi.org/10.6018/analesff.483221
Palabras clave: Linguistique de corpus ; noms de marque ; dimension interculturelle ; lexiculture ; référent discursif

Resumen

L’objectif de notre travail porte sur une double exigence : l’exploration de corpus combinée à la quête d’une modalité innovante pour peaufiner la compétence interculturelle, dans le cadre d’une formation universitaire en médiation culturelle. Pour ce faire, nous avons recours au nom de marque (désormais NdM) Kärcher qui s’est depuis de longues années largement démarqué de son sens initial de nettoyeur à eau à haute pression en acquérant à travers les discours épaisseur sémantique et polyvalence discursive, car il se marie avec d’autres combinatoires sémantico-syntaxiques pour les besoins langagiers des parlants.

Nous allons démontrer que le nom Kärcher qui par antonomase était associé à "racaille" à ses origines, évolue dans les discours et prend des envolées insoupçonnées affectant d’autres sphères. A savoir, les scripteurs francophones natifs ou non s'approprient du NdM Kärcher et le transforment à leur guise pour l'appliquer aux domaines les plus éloignés par rapport à celui de la propreté au sens propre et figuré du terme. Finalement, l’interculturel comme « dynamique entre » échappe au côté qui peut paraître figé du culturel et se manifeste comme une dynamique entre domaines différents.

« Les transferts, les branchements interculturels [de la lexie Kärcher] et [sa] circulation dans les médias sont cruciaux pour constituer des « sas » de reconnaissance et d’évolution des appartenances socio-économiques, à tous les niveaux de chaque société et entre les sociétés » nous apprend Demorgon (2003), en effet, de la « racaille » aux Recteurs d'université ou Présidents d'établissements bancaires, la dérivation « karcheriser » sert, au fil du temps, à désigner le licenciement de représentants des plus hautes sphères de la hiérarchie sociale. Serait-il possible de voir une sorte de migration interculturelle et inter-groupale ? Nous nous attachons à le démontrer dans un deuxième temps.

 

Descargas

Los datos de descargas todavía no están disponibles.

Citas

Références bibliographiques

AFNIC. Association française pour le nommage Internet en coopération: [21/03/2021].

Araneum Francogallicum Maius: <https://kontext.korpus.cz/> [21/05/2021].

BOULTON, Alex & Henry TYNE. 2014. Des documents authentiques aux corpus: démarches pour l’apprentissage des langues. Paris, Didier (coll. Langues et didactique).

CISLARU, Georgeta. 2013. “Pratiques langagières de l’'événementialisation': illustrations dans le discours médiatique” in Ballardini, Elio, Pederzoli, Roberta, Reboul-Touré, Sandrine & Geneviève Tréguer-Felten (éds.). Les facettes de l’événement: des formes aux signes, mediAzioni, n°15: <http://mediazioni.sitlec.unibo.it> [4/03/2021].

DEMORGON, Jacques. 2003. “L’interculturel entre réception et invention. Contextes, médias, concepts” in Questions de communication, n° 4: <http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/4538> [05/03/2021].

French Web 2017 (frTenTen17): <https://app.sketchengine.eu/#dashboard?corpname=preloaded%2Ffrtenten17_fl2> [07/03/2021].

GALISSON, Robert. 1991. De la langue à la culture par les mots. Paris, Clé-International.

GALISSON, Robert & ANDRE, Jean-Claude. 1998. Dictionnaire de noms de marques courants: essai de lexiculture ordinaire. Paris, Didier Érudition.

LEMOINE, Véronique. 2018. “L’interculturel en réflexion pour la classe et ailleurs” in Recherches en didactiques, n° 25, 77-92.

MILNER, Jean-Claude. 1976. “Réflexions sur la référence” in Langue française, n° 30, 63-73.

NEVEU, Erik & QUÉRÉ, Louis (éds.). 1996. “Le temps de l’événement 1” in Réseaux, N° 75, 7-21 et “Le temps de l’événement 2” in Réseaux, n° 76, 5-7.

PAVEAU, Marie-Anne. 2017. Analyse du discours numérique: dictionnaire des formes et des pratiques. Paris, Hermann.

PRANDI, Michele. 2016. “L’interaction métaphorique: une grandeur algébrique” in Protée, numéro thématique Le groupe µ entre rhétorique et sémiotique: archéologies et perspectives, vol. 38, n°1, 75-84.

RICOEUR, Pierre. 1991. “Evénement et sens” in Raisons pratiques, n°2, 41-56.

SABLAYROLLES, Jean-François & PRUVOST, Jean. 2016. Les néologismes. Paris, PUF (coll. Que sais-je?).

SINCLAIR, John. 2004. “New evidence, new priorities, new attitudes” in SINCLAIR, John (éd.), How to use corpora in language teaching. Amsterdam, John Benjamins Publishing Company, 271-299.

SREDANOVIC, Djordje. 2014. “Les industries culturelles et la permanence du national à l’ère d’Internet”, Les Enjeux de l’Information et de la Communication, n°15/2a, 67-79. <https://lesenjeux.univ-grenoble-alpes.fr/2014/supplement-a/06-les-industries-culturelles-et-la-permanence-du-national-a-lere-dinternet> [4/04/2021].

TONTI, Michela. 2019. Lexiculture et linguistique: une approche guidée sur corpus, des noms de marque dans le discours au quotidien. Thèse de doctorat. Alma Mater Studiorum Università di Bologna.

TONTI, Michela. 2020. Le nom de marque dans le discours au quotidien: prisme lexiculturel et linguistique. Paris, L'Harmattan (coll. Laboratorio@francesisti.it).

Publicado
24-11-2021
Cómo citar
Tonti, M. (2021). Pour un dialogue interculturel: évolution sémantique du Nom de Marque Kärcher dans le discours. Anales de Filología Francesa, (29), 504–519. https://doi.org/10.6018/analesff.483221