La Trilogie de Neel Doff : Une voix féminine qui a sombré dans l’oubli.

Autores/as

  • Virginia Iglesias Pruvost Universidad de Granada
Palabras clave: écriture féminine, autobiographie, XIXème siècle, langage, maternité

Resumen

Les   femmes   ont   été   écartées   de   la   sphère   littéraire,   bastion   détenu traditionnellement par les hommes qui les ont systématiquement renvoyées à leur identité sexuée.

Heureusement,  celles-ci  sont  de  plus  en  plus  nombreuses  sur la  scène  littéraire et  occupent  désormais  une  place  légitime hautement  méritée:  Neel  Doff  fait  partie  de ces  femmes vaillantes  qui  ont  osé  prendre  la  plume  pour  s’exprimer.  Dans son  œuvre d’inspiration autobiographique, l’écrivaine décrit sa nécessité intrinsèque de prendre soin de sa fratrie, en laissant entrevoir, parallèlement, un instinct maternel exacerbé. Un instinct que la pauvre jeune femme n’a jamais pu assouvir, étant donné que celle-ci n’a jamais eu d’enfant.

Cómo citar
Iglesias Pruvost, V. (2012). La Trilogie de Neel Doff : Une voix féminine qui a sombré dans l’oubli. Estudios Románicos, 21, 95–104. Recuperado a partir de https://revistas.um.es/estudiosromanicos/article/view/166721
Número
Sección
Miscelánea